Étrier de sécurité

Texte et photos : Daniel M.

Vidéo : VAP

 

Remonter à bord de nos canot de voile-aviron peut s'avérer difficile . Quand on est dans l'eau le franc-bord qu'on trouvait pas assez élevé étant bien assis sur un banc, parait soudain beaucoup plus haut.

L'échelle est une bonne solution quand on peut en mettre une sans que les pieds disparaissent sous la coque dès qu'on s'appuie sur le premier échelon. Mais quand la solution échelle s'est soldée par des déconvenues, il reste encore le coup de l'étrier.

Il suffit de prendre un morceau de cordage ente 10 et 15mm de diamètre, par exemple un morceau sain récupéré sur une drisse fatiguée et de confectionner un étrier à une extrémité grace à un simple noeud de chaise. L'autre bout sera fixé sur le coté à un point solide de la coque comme la serre bauquière s'il y en a une, Un deuxième appareil est installé symétriquement sur l'autre coté du canot.

Etrier hors coque

Image : l'étrier sorti de la coque : il pend sufisamment bas pour qu'il n'y ait trop d'effort pour insérer le pied.

En cas de chavirage, ou après un désir urgent de se baigner, pour remonter à bord on passe un pied dans l'étrier qu'on a fait pendre sur l'extérieur de la coque, on s'accroche au plat bord de telle manière que la corde passe le long de la cuisse le plus près possible du tronc du baigneur, puis on pousse verticalement fortement pour se hisser dans le bateau selon une technique quasiment semblable à celle du cavalier qui veut se mettre en selle.

Peu de personnes sont capables de hisser leur propre poids à la force des bras, mais tout le monde chaque jour entraine ses jambes à le supporter. Les muscles des cuisses sont parmi les plus puissants du corps et chaque jambe peut soulever la masse corporelle de chacun. Pour peut qu'on s'aide aussi des bras, on s'élève aisément au niveau du plat-bord, même si à la fin  on n'est plus du tout aidé par la poussée d'Archimède. Après on bascule plus ou moins élégamment dans le canot, mais le moment est de toute manière mal choisi pour la coquetterie.

Le bout' et son étrier de cordage ne prennent aucune place dans le bateau, ça  coûte presque rien, c'est facile à faire même pour les peu bricoleurs, aisé à mettre en place pour la remontée et bigrement efficace même pour des capacités physiques amoindries par l'age ou le peu d'entrainement.

Etrier dans bateau Etrier eau

Voici à titre d'illustration une vidéo déjà publiée sur ce site, où le marin mouillé, qui n'est plus exactement un jeune homme, remonte dans son embarcation grâce à un étrier. D'accord ce n'est pas très explicite, mais il faut bien  guetter le moment où le corps s'élève avant de basculer dans le canot.

 

chavirage

Précédent : Cales de Rivedoux   Suivant : Godille, épisode 2