Houari mono-drisse

Texte : Amzer Zo

Dessins : Patrick M.

Amzer zo vous dit : oui oui c’est possible une seule drisse pour un gréement houari. Patrick mon capitaine  l’a fait.

En 2019 un premier essai fut tenté et à été testé durant la saison.  
Le principe était de maintenir la vergue sur une pentoire par une seule drisse.
Cela fonctionnait très bien voile haute mais le réglage de l’apique de la vergue devenait  difficile avec un ris et plus problématique avec deux ris, parce que l’angle de tire changeait.
Certes cela ne ma pas empêché de naviguer toute la saison avec mon capitaine mais il n’était pas complètement satisfait ; il est vrai qu'il est un peu perfectionniste !
Donc après moults essais, réflexions et dessins, il en ressort que le pic doit avoir toujours la même inclinaison donc le même angle de tire, que ce soit à voile haute, comme au premier et deuxième ris.

Monodrisse grément houari
Pour que l’angle de tire reste identique en  descendant la voile, le point de tire doit descendre en même temps que le pic.
Il m'a donc muni d'un rocambeau en inox sur lequel vient s’accrocher ce fameux point de tire et le tour est joué.

Il est perfectionniste mon capitaine et à horreur des plis dans sa voile
Donc pour avoir la possibilité d'effacer un éventuel plis il régle l’apique  de la vergue  par le hale bas de point d’amure.
Je m’explique : en étarquant le point d’amure la bôme descend, elle agit sur le guindant de la voile et le pic se redresse ( petite info de très grande importance il y à une petite pentoire sur la vergue sur laquelle coulisse une poulie et c’est cette poulie qui vient s’accrocher sur le croc du rocambeau). Notez bien que l’angle de la vergue est donné par la longueur de la pentoire et que pour définir tous ces réglages il faut se mettre en situation "voile haute" et faire plusieurs essais avant de tout fixer définitivement.

 Bon cela parait pas mal et le capitaine a l'air content. Mais!
 Pendant la phase de hissage pour que la vergue ne pende pas lamentablement vers le bas et assomme mon capitaine, il lui a fallu positionner une butée sur la pentoire ( bon ça c’est réglé).
Mais il ne faut pas  non plus que la vergue se mette à la verticale quand mon capitaine hisse sa voile ! ! donc le point haut de la pentoire  doit être positionné de telle façon que la vergue soit suspendue avec un angle proche de l’angle final( voir le dessin du capitaine)

Monodrisse houari avec un ris
Tout ceci lui à demandé beaucoup d’essais en atelier et le "secret" c'est le positionnement très précis de la butée sur la pentoire et du point de fixation haut de la pentoire.  

Mais quel bonheur après d’avoir une voile impeccable même avec deux ris pris.
Les tests sont effectués en statique dans l’atelier puis il m’autorise à faire des essais en mer par vent soutenu pour qu’il puisse valider.
"Lors d'une mise en service d’un nouvel avion les essais en vol ne sont que la confirmation des essais statiques "
Pareillement pour un bateau.

Les belles navigations de l'été ont confirmé les attentes car le système "fonctionne nickel" comme dit mon capitaine.

*

 

 

 

 

houari prise de ris vergue

Précédent : Chavirage volontaire 2   Suivant : Voile à livarde enroulable