le GiorMax

Texte Danilus

Illustrations prises chez les Diecipedi

 

Giormax, un petit bateau d'avant l'Optimist.

HydravionL'histoire raconte que dans une belle villa de Quarto dei Mille, non loin de Gênes, habitait une dame dont était amoureux un jeune pilote qui venait faire le mariolle avec son hydravion. On ne sait pas trop comment ça s'est terminé, toujours est-il que deux gamins, Max et Giorgio, ont trouvé un des flotteurs sur la plage de Priaruggia en 1928.
On ne sait pas non plus quel enfant ou parent a transformé ce flotteur en dériveur, mais l'engin a offert des qualités inespérées, et le premier GiorMax, du nom des deux gamins, a été copié et fabriqué avec des matériaux de récupération, et les régates de jeunes marins ont essaimé dans les villages alentours.
Quand on apprend que le flotteur faisait entre 45 à 50cm de large, on comprend que parmi ceux qui s'y sont essayé enfants, plusieurs soient devenus des champions au niveau international.
Il n'y a pas de plan officiel du Giormax, ça se fabriquait comme on pouvait avec ce qu'il y avait, une plaque d'immatriculation d'autobus pouvant servir de matériau pour la dérive par exemple.
Néanmoins plusieurs dessins ont été publiés.
Dans le revue Yatching de 1946:

Giormax1946

Dans un livre de Mario Corsico "Guida pratica per la costruzione di barche", on trouve un modèle de 3 mètres de long pour 80cm de large, pouvant supporter des adultes :

Giormax plan1946

Il existe en Italie un groupe d'amateurs de petits bateaux qui s'amusent avec des embarcations de diecipedi, c'est à dire dix pieds, soit 3 mètres de long, justement. Alors l'un d'eux a reconstruit un Giormax, en simplifiant la voilure, une seule voile sur un mat sans haubans au lieu d'un grément de cotre avec haubans et foc, et en optimisant le plan de dérive.
Quand il a sorti l'engin, les rires ont fusé, comparant la coque à un tampon-buvard notamment. Mais au près, les autres régatiers n'ont vu que le tableau arrière, et au portant, seul un catamaran a pu rejoindre le Giormax.
Sur la photo de profil, la bouteille permet de mesurer la hauteur de la coque, et la photo de face souligne l'étroitesse (80cm) de la boite.

Giormax1Giormax2

Les plans sont disponibles pour 24€ en italien chez http://bcademco.it/piani.html#1 et en anglais aussi chez Bcademco et DuckWorks. Mais si on est vraiment radin, c'est tellement simple, comme dit l'auteur, qu'on peut les dessiner soi-même.

D'ailleurs je m'y suis frotté, dans l'idée de le couper en deux pour que ça loge dans le coffre de ma voiture, un fois le dossier de la banquette rabattu. Presque tous les plans proposés de bateau pliable souffrent d'une largeur de coque supérieure à celle de l'ouverture des coffres de nos véhicules européens, même de genre Scenic. Pas le Giormax, et possiblement l'intéressant Nesting Expedition Dinghy de Harris qui fait 42 inches, soit 106cm.
Si on coupe le Giormax en deux, et qu'on pose l'arrière sur l'avant, on obtient une boite de 150x80cm avec une hauteur de moins de 70cm. Mesurez votre coffre de voiture pour voir si ça loge.

Si on utilise le plan de 1946 il faut scinder la coque devant le puits de dérive, pour garder la dérive escamotable, mais les deux demi-coques ne seront pas de la même longueur.
Pour le plan modernisé à dérive sabre, l'idée est que la cloison devant le puits de dérive est reportée derrière et doublée, et on scinde la coque entre les deux, ce qui est classique. La plaque élargissant l'assise est amovible et se replie en deux dans le sens de l'axe du bateau. Une fois remise sur la coque reconstituée, et fixée avec les bidules adéquats, elle sert de raidisseur longitudinal. Pour le mât on utilise celui d'une planche à voile en deux parties, éventuellement rallongé par le bas au moyen d'un tube qu'on trouvera aisément dans le matos de la discipline. S'il faut rajouter des haubans, c'est simple, on boulonne des cadènes dans la coque en bois, et on utilise du textile pré-étiré facile à bobiner pour le rangement dans la voiture.

Le projet n'est jamais allé beaucoup au-delà de ces réflexions, mais autant que je me souvienne, j'avais trouvé un système simple et solide pour fixer les plat-bords amovibles sur la coque. Le projet s'était interrompu par l'achat d'un bon kayak gonflable qui logeait dans mon automobile, et la réflexion était devenue alors : comment mettre une voile et une dérive sur l'engin pneumatique où un ne peut pas visser la moindre bricole. Comme il n'y a pas de bonne solution simple pour ça, finalement le Giormax qui loge dans un coffre de voiture va peut-être redevenir d'actualité.

** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** **

Vous trouverez ici les liens utiles : Giormax3

les plans : http://bcademco.it/piani.html#1

l'histoire : http://www.acompagna.org/wit/chisiamo/iniziative/martedi/2008-2009/090623.pdf

des photos de construction : http://www.diecipiedi.it/ns/cant/sophie/sophie.html

 

 
Précédent : Deux jours autour de Marennes   Suivant : Chavirage volontaire 2