Les avirons

A propos des rames et de la nage sur les canots de voile-avirons.

La godillette®

Texte et photos : VAP

Fabriquer une godillette®

 

Pour cause de confinement (2020) ce qui devait avoir lieu en avril attendit juin pour se réaliser : journée d’initiation à la godille, dans un coin de Marais Poitevin qui s’avère un spot idéal pour l’opération.

Cale la Grève sur le MignonC’est dans la charmante petite commune de La Grève sur le Mignon, où nous avons été gentiment accueillis par la municipalité, que nous passâmes une agréable journée, la fenêtre météo ayant été soigneusement sélectionnée par l’ami Jibi. Le lieu offre une cale de mise à l’eau aisée et un quai pour poser la godillette®, ainsi qu’une absence de marnage qui rend le choix des dates plus simple que le bord de mer atlantique.

L’apprentissage de la godille suppose des rames de godilles, des bateaux équipés pour ce noble sport, et au moins une godillette®, remarquable invention d’un éminent vapiste qui rend de grands services pour les premiers essais. Rien de tel pour appréhender le geste.

La godillette® est un support fixe pour l’aviron de godille qu’on place le long d’un quai. Le néophyte n’a pas à se soucier du bateau qui bouge ni de la rame qui veut sortir de l’engougeüre dès qu’on avance.

Comme les précédents exemplaires construits avaient bien vécu, on commença la matinée par l'élaboration d’un nouvel engin.

Au départ était une palette de récupération.

Palette

Une planchette préalablement échancrée à l’atelier est positionnée au milieu d'un côté et vissée dans les éléments les plus solides de la palette.

Forcolle en place 1

Pour résister aux efforts latéraux de l’aviron de godille, deux jambes sont positionnées en contrefort.

Renfortgodillette

ET C’EST TOUT !

Il n’y a plus qu’à poser la godillette® au bord du quai pour qu’elle soit opérationnelle,

Godillette en place

Après apprentissage du geste de base, chacun s’essaye sur des vrais bateaux, dans ce canal sans dangers.

Mise en pratique godille

 

Évidemment, le "®" rajouté à godillette est mis là pour sourire, il n'y a rien de protégé et chacun est encouragé à  librement construire une godillette pour diffuser le savoir de cet art de l'oblique, facile à acquérir contrairement à une légende tenace.

***

 

godille, pigouille et Cie

Texte : JIBI

Photos : VAP et JIBI et Wikipedia

 

Nous avons tous besoin d'un point d'appui sur nos bateaux pour utiliser au mieux notre force musculaire pour faire avancer – ou reculer – le-dit bateau.

 

Diverses solutions s'offrent à nous :

>> La halage -ou bricole- ne fait que faire avancer un bateau a partir d'un bien nommé « chemin de halage » donc toujours terrestre … Je ne le retiendrai donc pas pour nous autres marins … bien qu'il serve parfois lors des atterrissages risqués.

 

Carte postale ancienne hommes en chaland secteur st joachim 1257447>> La perche ( en bas-poitevin pur jus une « pigouille »), longue pièce de bois appuyée sur le fond du plan d'eau ; c'est le matelot qui se déplace sur un « passe-avant » pour aller d'avant en arrière ( j'aurai plutôt choisi le « passe-arriere » au « passe-avant » …!! mais on ne m'a jamais trop écouté ! ) et qui fait les allers-retours. Très utilisé autrefois pour la navigation fluviale entre autres. Chalands et toues se déplaçaient ainsi.

 

>> La pagaie où le point d'appui est simplement la main inférieure du pagayeur et l'autre le propulseur. Comme c'est fatiguant, il faut parfois changer de main et donc de coté, ànmoins de laisser « traîner » la pagaie pour redresser par un très habile coup de pelle l'avancée du bateau.

Les canoéistes se sont reconnus. Les kayakistes (même inuits) ont décidé de doubler leurs pagaies et « nagent » des deux cotés alternativement. Ils avancent donc plus ou moins en zigzag sans que cela ne les dérangent notablement. Ils auraient donc inventé la pagaie double ?

 

>> Les autres prennent appui sur le liston de leur bateau .

A-D'un seul coté …

B-Des deux cotés …

C- ou sur le tableau arrière.

 

A- D'un seul coté :

220px wenecja gondoleLes plus célèbres sont, bien sûr, les gondoliers de Venise, mais il en existe une quantité d'autres en Asie. Les gondoliers appuient leur unique aviron sur une forcole, très élégante dame de nage en bois avec plusieurs encoches servant de point d'appui qui leur permet de faire toutes les manœuvres y compris la marche arrière. Notons cependant que la coque des gondoles est dissymétrique donc ils n'ont pas à compenser la déviation de leur bateau qui reprend tout seul (presque!) son avancée en ligne droite.

Mais il en existe des milliers d'autres en Asie – notamment au Bangladesh – qui font le « bac » pour traverser rivières et autres mares à 12 ou 15 passagers payants et qui assis en tailleur a l'arrière, tournés vers l'avant sur le pont, appuient leur unique aviron sur un tolet à tribord, et laissent traîner leur pelle à la fin du coup pour compenser la dérive. Notons que la pelle ne sort jamais de l'eau : pour la faire glisser à l'avant, la pelle est effacée dans l'eau, par un mouvement de poignet dans le sens de la marche.

Pagaie chittagong0

Au Vietnam, ils portent ainsi les produits frais des campagnes vers les marchés locaux sur de grands bateaux de transport – jusqu'à 12 mètres- propulsés avec une grande rame arrière et parfois une plus petite a l'avant ; mais la nous attaquons -déjà- la nage avec deux avirons !

 

B – Nager ou ramer des deux cotés à la fois :

Là intervient une différence essentielle entre ceux qui voient où ils vont, face à l'étrave, et les autres qui eux tournent le dos au sens de la marche du bateau... et sont donc menacés de torticolis.

Aviron torticolis

Globalement, les Méditerranéens et nombre d'Asiatiques « rament » tournés vers l'avant,  tous les autres « nagent » tournés vers l’arrière, comme nous-même en Atlantique quand nous ne godillons pas.

Se pose à tous le problème crucial de maintenir l'aviron le long du liston, en lui permettant le coup de rame dans le sens de la marche et en pouvant éventuellement « trévirer » c'est a dire d'orienter la pelle parallèlement à l'eau au retour du coup, pour éviter principalement une prise au vent éventuellement néfaste à l'avancement, puis de pouvoir lâcher l'aviron occasionnellement pour faire autre chose : lever des filets ou «dandiner» un leurre de pêche au bout de son fil.

Le plus simple est le « tolet »- enfoncé dans un bon morceau de bois troué et taillé intérieurement en léger biseau et solidement fixé au liston du bateau. Il peut être unique sur lequel la rame s'appuie,assurée au bateau par une simple estrope. Il est prudent d'en garder à bord un ou deux autres exemplaires en cas de « casse », assez fréquente... ainsi qu'un vieux marteau pour chasser le morceau cassé et enquiller le nouveau tolet.

OselvartoletsSur les oselvars scandinaves, ce tolet est une espèce de triangle de bois solidaire du liston, taillé dans une fourche naturelle sur laquelle on appuie l'aviron en lui donnant le bon angle d'attaque de la pelle dans l'eau. Le manche  est de plus pris dans une estrope serrée, ce qui permet de lâcher l'aviron sans le perdre. Comme on ne peut plus trévirer, la pelle est particulièrement étroite. Il s'agit souvent d'un même morceau de bois que l'on se contente de tailler en longueur pour former la pelle de l'aviron. Elle est aussi très longue pour avoir la puissance suffisante pour pouvoir avironner contre le vent sans trévirer.

Yole massalia toulon 2007L'aviron peut aussi être calé avec le bon angle d'attaque dans le pavois ajouré – et renforcé- au sommet du liston. C'est le cas des yoles de Bantry où les équipiers, qui nagent en double, manient chacun un seul -et lourd- aviron, ce qui demande donc une bonne discipline et une bonne coordination de l'équipage pour parvenir à faire assez rapidement des manœuvres efficaces.

En Occident, cet appui est généralement assuré par des dames de nage métalliques tenus dans le liston par une douille métallique fixée définitivement au liston.

C'était le cas de toutes les flottes militaires ou commerciales qui utilisaient des chaloupes pour le service du bord entre le port et le bâtiment ancré plus au large.

Sur certains bateaux asiatiques très légers, on avironne assis face à la route sur un banc au niveau du liston – parfois des heures durant, en poussant deux avirons qui se croisent presque au sommet.

A l'autre extrémité du spectre, les amateurs qui pratiquent l'aviron de mer utilisent des bateaux très fins, très instables, équipés d'avirons en fibre de verre ou de carbone reposant sur un appendice saillant en dehors du bateau ( l'outrigger) ou repose une dame de nage très évoluée avec des articulations permettant de trévirer l'aviron a chaque retour du coup d'aviron.

 

C- Appuyer l'aviron sur le tableau arrière :

GodillagefamilialUne autre méthode très différente de faire avancer un bateau est de faire avec la pelle de l'aviron un mouvement régulier oscillant et continu ressemblant à un S en gardant l'aviron appuyé en haut du tableau arrière, la pelle plongeant seule continuellement dans l'eau. Les marins caraïbes godillent avec une seule main.

En Occident,cette méthode était très largement utilisée par tous les navires de pêche et de commerce au 19e et 20e siècles où l'on godille debout à l'arrière du bateau tourné vers la poupe, utilisant les deux mains et le haut du tronc pour rendre plus efficace et moins fatiguant le mouvement de godille. Elle est encore utilisée de nos jours par quelques amateurs et se révèle précieuse pour des manœuvres d'approche et de navigation dans des endroits confinés ou encombrés – passage d'écluses par exemple- ou pour quitter un atterrage ou un mouillage peu profond.

L'usage le plus spectaculaire de cet outil de propulsion nous vient de Chine, grand constructeur et utilisateur de canaux artificiels pour desservir les grands centres de consommation, en y amenant par grands chalands tous les pondéreux nécessaires.

La Chine a conçu la très fameuse « godille chinoise » très long et lourd aviron avec une « cassure » au niveau de la ligature de deux pièces de bois, le fût et la pelle appuyés sur le haut du liston dans une excroissance et une cuvette de bois dur avec un bout fixée sur une membrure au fond du bateau qui permet de régler l'enfoncement de la pelle et de la manœuvrer par un va-et-vient perpendiculaire à l'axe de la marche.

D’énormes chalands étaient donc propulsés ainsi par une femme et un gamin qui relançaient à tour de rôle, l'inertie de cet énorme aviron.

Godillechinoise 2008

Certains « originaux » occidentaux (dont moi-même) ont aussi réalisé des godilles japonaises qui reprennent le même principe d'oscillation continue pour faire avancer leurs esquifs.

 

 

 

JIBI le 09/04/2020 a Marsilly a 16h06

 

 

 

Norseboat 17,5 à l'aviron

Texte et photos : JP Chirouze

(Cliquez sur les images pour les ouvrir dans un nouvel onglet à leur taille d'origine)

 

La randonnée en aviron sur le Norseboat 17,5 « L’Alose »

Quand on a gouté aux plaisirs de l’aviron….

Alors que nous avions grandi près de la Méditerranée en tirant sur les écoutes d’un Vaurien, puis d’un Zef, pour ensuite découvrir les joies du planning sur un Simoun 445 (à vous de deviner notre âge….), les hasards de la vie ont fini pour nous faire nous échouer à… Lyon, loin de nos premières amours maritimes.

Et c’est là que, en manque de « glisse », nous avons découvert l’aviron, le « vrai » : en yolette pour débuter, mais très vite en Skiff, Pairoar, « Double », « Quatre », et « Huit », tous bateaux aux performances et difficultés techniques variables, mais offrant toujours beaucoup de plaisirs dans l’effort physique, les sensations de glisse, et le partage, l’aviron étant un vrai sport collectif.

Vap aviron html 67fdd23566cc24ba En double sur la Saône…

Jusqu’au jour où nous avons découvert la possibilité de mixer les plaisirs, anciens, de la voile légère, et nouveaux, de l’aviron. Ce fut notre découverte du concept « voile-aviron ».


 

Comment choisir son bateau « Voile-aviron »

Clairement, nous cherchions un « voile-aviron » qui permette l’aviron avec une efficacité suffisante pour « randonner », et donc pas trop lourd, et surtout d’une carène qui ne « traine » pas trop d’eau !

C’est aux hasards du Salon Nautique de Paris que nous avons découvert le Norseboat 17,5 (alors importé du Canada, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui), bateau inspiré des chaloupes du début du 20ème siècle (on a découvert avec surprise dans les locaux de l’association Bateaux Traditionnels d’entre Loire et Gironde de La Rochelle, une chaloupe du Duguay-Trouin dont le Norseboat est une parfaite réplique !), et dont la carène était parfaite pour « nager » à deux.

Vap aviron html 81614ebb587ef521 Vap aviron html 875070a39ebdc72f
Le Norseboat dans une écluse sur l’Aulne La chaloupe BTLG à La Rochelle

Comment l’armer au mieux pour l’aviron

Au départ le Norseboat est équipé de deux bancs de nage amovibles, ces bancs servant également à « ponter » le bateau pour le bivouac (tente posée sur le pont), et deux paires d’aviron traditionnels.

Venant de l’aviron de compétition, deux nouveautés, par rapport à ce que nous connaissions, nous ont interrogés :

  • L’absence de coulisses et de cales de pieds qui modifie les conditions d’appui de la nage

  • Le type de dame de nage et d’aviron sans appui « au carré » qui fait qu’en « traditionnel » on ne « tourne » pas ses pelles

Tant pour des raisons d’efficacité que d’esthétique (les pelles en pin c’est plus joli que des pelles en carbone !), nous avons gardé dames de nage et aviron « tradi ». Mais par contre, nous avons pensé indispensable d’améliorer l’efficacité de la nage en améliorant les appuis.

Pour ça, nous avons décidé deux améliorations : un banc à coulisses, et des cales pieds.

Le banc à coulisses :

Vu l’encombrement de deux coulisses, et leurs rails, il fallait un système démontable permettant de libérer le cockpit en phase « sous-voile ».

Pour cela nous avons opté pour un support longitudinal réalisé en agglo de bambous (pour ses qualités mécaniques : rigidité et résistance à la déformation), pliable pour pouvoir être rangé en fond du bateau. Ce support est fixé sur les deux bancs de nage.

Vap aviron html 606fe0d255edcec3 Vap aviron html e18eb06d57a37b0b

Support « à poste », et « rangé » (Flèche rouge)

Ce support unique est équipé d’une paire de rails sur lesquels viennent s’installer les deux coulisses.

Vap aviron html b0b76bc7cc01128

Vap aviron html f873f73bb1ac28ea


Les cale-pieds :

C’est tout bête, mais à cause du vieux principe de l’ « action-réaction », l’appui de votre pelle dans l’eau, et donc ce qui fait avancer le bateau, est d’autant plus fort que votre appui des pieds est fort !

L’équipement le plus efficace, et simple, à prévoir est donc de mettre des « cale-pieds » dignes de ce nom.

Mais là aussi, il faut prévoir un système effaçable lorsque on passe « sous voile ».

La solution trouvée consiste à installer des cale-pieds de bateaux d’aviron sur une sorte de « platine-support » conçue pour être :

  • Rabattable : charnières et cales escamotables (voir photo)

  • Démontable simplement : on a juste mis deux bandes de Velcro sous la planchette et sur le caillebotis du fond de cockpit

Vap aviron html 686de6c187a2ce01 Vap aviron html f457b403f1525d01

Vap aviron html 1f2263d065dd839a Velcros de fixation au fond du cockpit

Pour ceux qui ne sont pas équipés et doués pour la menuiserie, il faut savoir que les sellettes à coulisses, les rails et les planchettes de cale-pieds sont à vendre chez les équipementiers spécialisés en bateau de « vrai » aviron (genre : http://www.lacentralenautique.com/index.php ), mais pas chez les shipchandlers habituels (qui ne font que les équipements genre « annexes »).

Bilan :

Après plusieurs centaines de km à l’aviron, quel bilan tirer de ces équipements ?

  • Cela dépend de votre programme : il est sûr que ces équipements représentent un peu de poids et d’encombrement. Si vous ne sortez les avirons que pour faire une sortie de port, ou promener les enfants, vous pouvez vous en passer ! Mais dès que vous pensez ramer plus d’une heure, n’hésitez pas….Et d’ailleurs, sur notre Norseboat, nous avons bien distingué les vraies randonnées à l’aviron, pour lesquelles nous partions en laissant voiles, mât et gréement à terre, pour rester en configuration « yole d’aviron », du simple appoint en aviron, en configuration « voilier », où nous n’équipions que les cale-pieds.

  • Les cale-pieds : une aide indispensable : même sur les yoles de Bantry où l’aviron doit être puissant, j’ai remarqué que la question des appuis pour les pieds était souvent négligée. Or un bon appui pour les pieds est indispensable pour être efficace (aller loin, vite, sans se faire du mal…). Et en plus, c’est en général assez facile de trouver une astuce pour caler son pied (en pensant bien que l’angle donné entre le pied et la jambe est très important pour limiter la fatigue !).

  • La coulisse, une aide à l’endurance : sur les « voile-aviron », dont le poids est tout de même d’un autre ordre de grandeur que celui d’un « vrai » bateau d’aviron, et dès lors que l’on a de bons cale-pieds, on atteint assez facilement la vitesse de carène (et oui les 5 nœuds, ça se fait). Les coulisses ne permettront pas d’augmenter spectaculairement la vitesse. Par contre, elles permettent de garder de la puissance plus longtemps en mobilisant une masse musculaire plus grande (en clair : on fait travailler beaucoup plus les jambes !). Les coulisses sont donc très utiles (voir indispensables ?) si vous voulez vraiment randonner sur de longs parcours (plusieurs heures de nage quotidienne).

Vap aviron html 1a0225043d77219b 

Belle glisse sur l’Aulne en configuration « yole d’aviron » !

Et comment reculer sans monter sur les berges ?

Sauf à équiper son voile-aviron en gondole, il faut bien se faire à devoir reculer !

En pleine mer, ça va encore, mais si vous randonnez sur un canal ou une rivière, mieux vaut savoir où vous allez !

Certains optent pour le miroir sur la casquette du cycliste, nous, nous avons opté pour le rétroviseur sur un mâtereau. Simple et efficace !

Vap aviron html 1f64014a6a2d8a2e Vap aviron html 7721f99cfefe1b8a

Pour des randonnées inédites

Si la randonnée en rivière est bien pratiquée par les clubs d’aviron, (voir : https://ffaviron.fr/espace-federal/programmes-federaux/circuit-randon-aviron ), elle l’est beaucoup moins dans le monde du « voile-aviron ».

Et c’est dommage car le voile-aviron offre la possibilité que n’offre pas l’aviron sportif : bivouaquer le long des cours d’eau !

Une randonnée avec bivouacs sur 2 ou 3 jours en rivière, et vous êtes au bout du monde…..

Voici quelques idées (disponibles dans le site de FVA), du nord au sud :

  • L’Elorn :

Voir : https://voileaviron.org/elorn/

  • L’Aulne :

Voir : https://voileaviron.org/topo-16-aulne-fluviale/

  • L’Odet :

Voir : https://voileaviron.org/topo-15-lodet/

  • L’Aven et le Belon :

Voir : https://voileaviron.org/topo-38-aven-et-belon/

  • Le Blavet

Voir : https://voileaviron.org/topo-35-le-blavet-groix/

  • La traversée « Manche-Océan » :

Voir :

A compléter par la Vilaine aval et l’estuaire de la Rance à la voile !

  • La « Boucle d’Aigues Mortes » :

Voir : https://voileaviron.org/topo-27-entre-mer-et-camargue/

Et dans le genre exceptionnel : La Vogalonga !

Voir le reportage dans : https://voileaviron.org/le-carnet-de-bord-n17-bulletin-de-la-fva-est-paru/

Vap aviron html 1c5745dbd4b1faae 1 Vap aviron html ec3f179b8495d52 1

Vap aviron html 74c06a2c4f7092d2 1 Vap aviron html f1dc15942962673e 1

Vap aviron html 4785e1287e918e9c 1

Bivouac de rêve dans Venise à l’occasion de la Vogalonga….

Avirons et godille sur Drascombe

Texte et photos : Jibi

 

Avironsjibi3

Après avoir fait quelques essais d'avirons sur mon nouveau DRASCOMBE DABBER "1977", que j'ai racheté à un ancien Vapiste Daniel G. je me suis vite aperçu que les avirons d'origine – par ailleurs magnifiques, signés COLLARS– étaient trop courts pour moi.

A l’arrêt l'écartement des poignées était juste inférieur à ma largueur d'épaules, d’où une très sensible impression de perte de puissance et d'inconfort quand on « souque ».

[note: pour la bonne longueur voir cette page]

Nouveaux avirons

D’où la mise en chantier cet hiver 2018/19, d'une nouvelle paire d'avirons plus longs de 15 cm.

J'avais, en stock, une grande planche de pin de Caroline sans nœuds que j'ai entrepris d’ébaucher avec une simple scie radiale portative. J'ai alors bien regretté une scie sur table et ma combinée bois GUILLET triphasée construite vers 1950, que j'avais revendue en quittant ma précédente propriété de Saintonge.

Bref, j'avais besoin d'un outillage sérieux.

Je suis donc allé voir la société ESCABELLE ( agencement haut de gamme ) a Marsilly pour qui j'avais aussi travaillé quelques temps. J'ai expliqué mon souhait et 48 h après, j'avais 2 superbes avirons carrés, faits après confection d'un gabarit.

4avirons1

J'ai raboté les angles d'abord avec un rabot électrique, puis un rabot à main bien affûté. Au portage des avirons sur la dame de nage, j'ai placé, coté intérieur du bateau, un ruban en nylon noir de 1,5 cm de large enroulé sur lui-même, généreusement enduit d'époxy. BloqueavironPuis, 2,5 cm plus loin, coté pelle, une cale en chêne elle-même collée à l'époxy pour éviter qu'à la fin du coup de rame, cet aviron ne glisse sur le manche dans la dame de nage et ne me rentre dans les côtes.

J'ai aussi scié le bout des pelles à mi-bois sur 2 cm pour y coller en travers une pièce de bois dur (iroko) sachant que tôt ou tard l'aviron servira de « pigouille », ou de gaffe, ou de sondeur !

Après ponçage - jamais trop fignolé chez moi !! – une couche d'époxy liquide, sauf sur les poignées qui sont laissées nues. Le résultat est assez grossier mais le plaisir est retrouvé de ramer et l'efficacité de cette nouvelle paire d'avirons est indéniable .

Godilleexterieur3Godille

Pour compléter l'équipement de ce bateau j'ai aussi entrepris de poser une dame de nage a l’arrière légèrement sur bâbord de l'axe du bateau pour pouvoir godiller

J'ai commandé à la Coop Maritime du Port de pêche a La Rochelle, une dame galvanisée et son porte-dame de nage à poser en applique par 3 boulons inox.

Comme le couronnement arrière dépasse légèrement du tableau lui-même, j'ai intercalé, coté extérieur une pièce de chêne et coté intérieur un triangle généreux en polypropylène (ex planche à découper) blanc .

Le tout est boulonné inox et une petite cale, toujours en polypropylène a été installée autour du fût de la dame pour éviter de frotter sur le couronnement .

 

La godille est vraiment LA Solution pour les 10 derniers mètres avant d'aborder un ponton ou un autre bateau et je suis bien content de pouvoir maintenant godiller avec ce canot.

 

***

Longueur des avirons

Texte : Daniel M.
Photos : Danielle R. ; copies d'écran modifiées ; VAP ; lien direct vers site Marco Dessardo.

Comment calculer la longueur des rames selon John Harris

Article Hharris longueur des avirons


John Harris, le patron de CLC-boats, créateur du Skerry et nombre autres embarcations légères (représenté en France par Arwen Marine) a écrit en 2014 un article relatif aux longueurs des avirons sur des canots à siège fixe, paru dans WoodenBoats, une des revues américaines qui s'intéressent aux petits bateaux comme les nôtres. La problématique des sièges coulissants étant volontairement écartée du propos.
Il n'est pas question ici de traduire intégralement cet article, d'autant que l'obtention de l'autorisation devrait s'avérer compliquée entre les droits de l'auteur et ceux de la revue. Mais rien n'empêche d'en faire un résumé. Vous trouverez bien entendu les références de l'article en anglais en bas de cette page.

Les conseils courants pour choisir une paire de rames tiennent compte du seul paramètre de la largeur du bateau, avec une marge d'appréciation inexpliquée. Mais, remarque John Harris, il faut s'intéresser aussi à la hauteur du franc bord, ainsi qu'à la taille du rameur qui conditionne la hauteur du banc et son éloignement des dames de nage ou des tollets. [note danilusienne : L'age du capitaine ne semble pas un critère pertinent, donc il sera inutile de le calculer.]
Comme la plupart de ses confrères avec qui il avait discuté du problème, le père du Skerry a utilisé une méthode infaillible, il essaya jusqu'à ce que ça tombe bien. Comme il ne trouvait pas que ça avait l'air scientifique, il se lança avec des règles, une calculette et un gros tableur, et il a mesuré une douzaine de canots, pris des photographies à différents moments de la nage et étudié tout ça sur son ordinateur. L'idée était d'arriver à un "algorithme simple pour la longueur des rames et un ensemble de règles pour positionner les sièges en relation avec les dames de nage".

Aviron sur la Seudre

Caractéristiques du canot

En tenant compte de la hauteur du franc bord et l'analyse de sa table de petits bateaux connus pour avoir de bonnes proportions pour la nage, John Harris est arrivé à la formule suivante:
 

  • soit A la largeur du canot au niveau des tollets ou dames de nage (calculée en pouces (inches))
  • soit B la hauteur entre l'eau et le haut du support d'avirons (en pouces)
  • alors la longueur optimale (en pouces) serait égale à ((A+B)+9)x 1,34

Pinassot capbretonCette longueur permet que l'immersion de la pelle soit correcte, et que les mains se croisent légèrement pour un meilleur bras de levier.
Le merveilleux de l'histoire c'est que les paramètres sont les mêmes pour des mesures en système métrique si on les exprime en centimètres.

Une page du site de "CLC boats" offre un petit logiciel qui vous propose une longueur d'aviron en fonction

  • de la largeur du canot
  • et de la hauteur du francbord,

et calcule alors automatiquement les préconisations pour :

  • la  différence de hauteur entre le  siège et le point d'appui des avirons,
  • ainsi que la distance entre le bord avant du siège et l'axe des dames de nage.

Caractéristiques du rameur

John Harris a remarqué que les données qu'il calcule correspondent bien à "75% de l'humanité" (plus probablement 75% des habitants des USA). Mais les personnes plutot petites (notion floue même en logique floue) ont les épaules plus basses dans le bateau que les grands, ce qui les oblige à lever trop haut les mains vers leur cage thoracique ; ils auraient donc intéret à utiliser des avirons plus longs. A contrario, les grands ont des problèmes avec le genoux trop relevés qui se prennent des coups de manche d'aviron à chaque passage ou alors ils ne peuvent pas sortir les pelles de l'eau. Ils auraient besoin de rames plus courtes ce qui est contre-intuitif.
La solution consiste à remonter le siège pour les petits et de le baisser pour les grands.
Quand il s'agit de son propre bateau, c'est bien une idée à mettre en oeuvre.
Comme dit Harris " rien ne transforme plus une nage agréable en marche forcée qu'un siège inconfortable". Par bonheur son enquète montre que beaucoup de canots se révèlent bien adaptés, et le calcul qu'il en tire indique que la hauteur entre le siège et l'assise de la rame doit être égale, en pouces (inches), à la largeur entre les dames de nages ou les tollets mulitipliée par 1,17. Sur un Whitehall, le calcul théorique donne 7" ; un individu qui mesure entre 5'6" et 6'3" serait à l'aise dans ces conditions [en métrique cela donne 7"=17,77cm, 5'6"=167,4cm,et 6'3"=190,5cm).

Vous trouverez la page de calcul ici : https://www.clcboats.com/ext/screen-f781f4b64b.html#

 

Calcul avirons 1

Un petit coup d'oeil sur le programme sous jacent nous montre que la hauteur entre le siège et l'assise de la rame doit être égale, en centimètres, à la largeur entre les dames de nages ou les tollets mulitipliée par 0,17. De même que la distance horizontale recommandée entre le bord (coté genoux) du siège et l'axe des dames de nage est égal à la largeur du bateau multipliée par 0,22.

Mais l'auteur précise ailleurs dans son texte qu'un banc de nage doit être assez large pour que chacun puisse s'auto-adapter en fonction de sa taille, donc s'avancer ou se reculer facilement de quelques centimètres. De toute manière un banc large sert plus facilement de table pour le picnique à bord, on gagne sur tous les tableaux!

 

Fuge Sculpture de Marco DessardoJohn Harris a ensuite essayé son algorithme sur divers bateaux et en conclut qu'il fonctionne bien pour les carènes normales, mais que si vous dessinez une coque bizarre, il faut vous attendre à des résultats bizarres.

---

Sculpture de Marco Dessardo
Cliquez sur l'image pour voir plus grand

 

 

Liens:

 

 

Forcole : le tollet de Venise

La forcole, petite fourche, (forcola, au pluriel forcole, francisé en forcole, forcoles) est le type de tollet utilisé dans les nages à la vénitienne. Une expérimentation vieille de plusieurs siècles a donné les formes de ce type d’instrument très élaborées. Chaque courbe, angle, inclinaison a une fonction précise dans l'économie de l'aviron.

Dans la conduite des bateaux vénitiens, l'aviron est normalement soutenu par le mors, mais on peut manœuvrer le bateau en faisant varier l'action de l'aviron en déplaçant son point d'appui sur la forcole qui présente plusieurs creux pour caler la rame.
La conception de la forcole dépend de l’utilisation, de formes et de profils précis, qui varient en fonction du type de bateau et de la position d’aviron auxquels ils sont destinés, notamment poupe (la principale) ou proue. On trouvera par exemple dans le catalogue de Saverio PASTOR, toute une variation de courbures adaptées aux diverses embarcations de la lagune de Venise: 
https://www.forcole.com/it-catalogo.html
La forcole de la gondole Forcol de gondole vénitienneest l’une des plus complexes et des plus complètes: il existe en fait huit positions d’aviron pour cette embarcation qui fait dix mètres de long et qu'un seul rameur doit insinuer dans les étroits canaux de la ville.

L'image ci-contre (source wikipédia) montre une forcole de face et de profil.

Le matériau utilisé pour la construction des forcoles est surtout le bois de noyer, mais on utilise aussi le poirier et le cerisier. Ces essences préférées des remèri (artisans constructeurs de forcoles et de rames) doivent répondre à des caractéristiques de dureté et d'élasticité considérables. 

Le noyer est le matériau de prédilection de la tradition en tant que matériau précieux et fonctionnel car il use peu la rame et résiste bien grace à son imprégnation d'huile.

Les forcoles doivent être fabriquées à partir d'un seul morceau de bois (de plus en plus rare et précieux dans le cas de grandes forcoles de gondoles), mais on peut également obtenir des résultats acceptables en collant des planches au grain adéquat.

 

Les autres barques, moins célèbres que la gondole, sont traditionnellement adaptées à la rame dans la lagune, pour aller vite sur de longues distances. En général  plusieurs rameurs, debout, contribuent à l'avancemant du bateau, souvent étroit et très bas sur l'eau, ce qui demande une coordination de tous les instants. Mais s'il n'y a qu'un seul rameur, celui-ci se positionne à l'arrière de l'embarcation et doit assurer tout à la fois l'avancement et le cap de l'esquif avec son seul aviron qui n'est pas lié au tollet mais simplement posé dans une des encoches.

S ciopon regata storica 1992

Une variante intéressante est la voga alla valesana, où le rameur dispose de deux avirons qu'il croise et pousse dans le sens de la marche. Les deux forcoles sont décalées d'une bonne dizaine de centimètres, celle de babord plus avancée vers la proue que celle de tribord, afin que les avirons ne se cognent pas. La main droite tient la rame babord et la gauche la rame tribord. Le rameur se tient debout , un peu comme un escrimeur,  la jambe droite en avant, la gauche s'appuyant sur un plan légèrement incliné (merci pour le tendon d'Achille!) et tout le corps participe à la poussée. En compétition, la tendance actuelle est d'abaisser et d'avancer la tête de la forcole, mais dans un usage plus utilitaire le rameur tient une position plus relevée et confortable, comme dans l'image d'un s-ciopon sur le Grand Canal ci-dessus. Les forcoles des barques de pêche peuvent être plus simples que celles sculptées par des maitre-artisans ; parfois il ne s'agit que de simples planches dans lesquelles on a découpé le mors. Bien que les barques actuelles soient surtout mues par un moteur hors-bord, elles possèdent presque toutes des supports pour les dames de nage locales.

tollets Chioggia<< Sur cette photo prise en septembre 2018 à Chioggia, on distingue nettement les dames de nage simples et le décalage babord/tribord, bien visible en suivant la ligne du capot. On devine sur babord vers la proue une fente pour accueillir une forcole pour un second rameur, chacun n'utilisant alors qu'un seul aviron. Les forcoles semblent basses, mais c'est que le franc bord est plus haut que dans les élégants sàndoli et autres puparini.

Ce type de canot, qui mesure environ six mètres de long, est très commun dans la lagune, c'est la camionette du coin, et si la voile a généralement disparu, les avirons sont toujours là, malgré la prééminence du moteur.

 

 

 

sources: 

https://it.wikipedia.org/wiki/Forcola_(voga_veneta)
https://www.forcole.com/it-costruzione.html
http://www.ilforcolaiomatto.it
http://www.veniceboats.com/it-flotta-barche-sandoli.htm

Ramer face à la marche

 

Voir où l’on va quand on nage en tirant sur les bois n’est pas une chose très aisée.

Rien n’est plus ridicule que de se tortiller pour deviner du coin de l’oeil les obstacles qui se dressent devant le bateau quand on rame en s’efforçant de voir par dessus sa propre épaule. De plus c’est douloureux quand on s’avère enclin à l’arthrose cervicale.

Certes on peut utiliser un rétroviseur ou, histoire de faire moderne, équiper son voilaviron d’une caméra de recul que les embruns auront tôt fait de rendre inutilisable. Sinon il reste à adopter les solutions de nage debout comme on la pratique en Adriatique ou sur certains endroits du Mékong, ou se résoudre à se doter d’appareillage inversant le mouvement des avirons.

 

Oar board sup fit on top rower forward facing rowing mirror buy now fun fitness rowing outdoor recreation 2 1000x1000 120x120 1On peut rire de l’idée du rétroviseur, mais il se trouve qu’elle fonctionne assez bien. Nous l’avons vu réalisée sur quelques canots ; à défaut de s’avérer la solution parfaite, elle a le mérite d’être aisément opérationnelle pour un coût assez modique.
Si on ne veut pas se contenter de récupérer un rétroviseur pour caravane de peur de dévaloriser le beau vernis de son tableau arrière, on peut faire venir le modèle de l’illustration pour un peu plus de 200 dollars US.

Les moyens mécaniques

Il y a plus radical : grâce aux vertus d’un inverseur de mouvement, on peut transformer le tirage en poussage, et donc ramer normalement en regardant devant. Nos amis de Escumayres Talasta ont fait venir le modèle de chez Gig Harbor Boat Works, qui n’est qu’une adaptation en matériau moderne d’un système datant de la belle époque du canotage, fin XIXe. Recopions leurs conclusions :

« Le système est particulièrement adapté à une navigation de découverte ou dans des zones de navigation encombrées. Il est également très agréable pour les personnes souffrant de douleurs cervicales car il évite de tourner la tête pour surveiller sa route.[comme quoi il n’y a pas que moi!]

Le modèle essayé souffre de quelques défauts :

- Surdimensionné et donc trop lourd.

- Pour un voile-aviron en configuration voile, le rabattement des pelles et manches vers l'arrière peut gêner la barreur. »

De nombreuses autres vidéos sont disponibles sur Youtube de ce système GHBW, dont on voit bien qu’il est satisfaisant sur un canot uniquement mu aux avirons, mais qu’il deviendrait gênant en configuration voile, sans compter que coupées en deux, les rames ne peuvent servir en nage classique, et sont évidemment inappropriées en usage godille.

D’autres modèles ont existé mais ne semblent pas avoir perduré dans le commerce. Voici pour la bonne bouche en vidéo une séquence nostalgie des années trente du XXe siècle sur l’invention qui se proposait de révolutionner le canotage. À vue de nez le mouvement est transformé par un engrenage simple (deux roues crantées suffisent) et les avirons se rangent plus aisément qu’avec le système GHBW. Mais là encore, ça doit peser son poids d’acier, qu’il faudra compenser par une réserve de flottabilité de huit fois son volume.

 

Plutôt que de transformer le mouvement en son contraire, on peut fixer le bout du manche au centre du bateau et tirer vers soi en tenant les rames entre la poignée et la pelle en regardant droit devant, dans le sens de la marche du bateau. Le problème à résoudre c’est la sortie de la pelle de l’eau : sans un système d’assistance c’est épuisant et peu efficace.

Un modèle très élaboré est commercialisé aux USA sous le nom de « Front Rower », et offre l’avantage de rajouter la force des jambes. De nombreuses vidéos sont disponibles, ne serait-ce que sur Youtube, mais là encore on ne voit pas d’adaptation sur un voilier. Il est vrai que l’appareillage est volumineux.

Pourtant on se dit que le mât du bateau pourrait servir de point fixe pour des avirons demeurant compatibles avec des dames de nages, il suffirait de trouver un système simple pour aider la sortie de la pelle de l’eau. Une vidéo d’un bricoleur offre une piste intéressante, l’aide au relevage est assurée par un ressort ou du caoutchouc, comme une chambre à air de vélo ou un assortiment de sandows.

La nage debout

Si on tient à s’en tenir à la simplicité absolue, alors on optera pour la nage debout, comme dans la lagune de Venise ou quelques rivages du Vietnam. Pour Venise, il s’agit de la « voga alla valesana », pratiquée dans la lagune pour parcourir de longues distances assez rapidement . Les bateaux sont assez étroits et à fond plat pour diminuer au maximum le tirant d’eau. Le rameur se tient à l’arrière de son canot, et utilise une paire de rames qu’il croise, ce qui permet d’avoir un plus grand levier donc plus de force. Les dames de nages, appelons les « forcoles » de leur nom local, sont de belles sculptures à la Boccionni, fabriquées par des artisans spécialisés dans ce genre de travail. Mais on trouve des bateaux qui se contentent de simples planches munie d’une engougeüre, fermement fixées aux parois. Les deux forcoles sont décalées d’une dizaine de centimètres avant de faciliter le mouvement de nage. Voici une vidéo qui montre mieux qu’un discours le geste auguste du rameur.

Au Vietnam, on pratique de manière similaire, mais la forcole de bois sculpté est remplacée par un simple erseau sur un piquet fixé sur l’intérieur du bordé. On aura de la peine à faire plus low-tech. On notera que la hauteur du point d’appui de l’aviron est un peu au dessus du genoux de la rameuse, debout comme à Venise, et que la technique des rames croisées est similaire.

Nagevietnam

Tout le secret est dans la hauteur de la dame de nage ou ce qui en tient lieu.

Sur nos voilavirons on peut s’équiper d’un jeu de dames hautes qui peuvent avoir une emplanture dédiée à coté des dames ou tollets classiques, il faut juste veiller à la solidité du lieu d’effort sur la coque. Un canot traditionnel du lac d’Iseo, dans les Alpes Italiennes, montre un renfort simple aisément transposable.

Argegno 4

Finalement, des techniques traditionnelles peuvent servir à nos petites navigations sur nos voilavirons modernes, garantissant la polyvalence de nos embarcations et de nos rames qui, sans modifications, peuvent mouvoir nos canots de manière variée quand la voile doit être affalée.

Pour preuve certains pêcheurs siciliens qui ne s’éloignant que d’un ou deux milles seulement de la côte, rament alternativement debout dans le sens de la marche ou assis en rétrovision, en utilisant les mêmes avirons au manche épaissi pour un minimum d’effort de relevage de la pelle, sur des barques de la taille d’un de nos voilavirons.