Gréer sa voile au tiers « à la Storer »

C’est une façon de gréer une voile au tiers sans rocambeau, mise au point par l’architecte australien Michaël Storer. L’absence de rocambeau donne à la vergue la liberté de se reculer pendant hissage et affalage, ce qui facilite souvent ces opérations.

Voici Michaël Storer en train de gréer ainsi une voile de Oz Goose :

Alast capture d ecranToute la vidéo sur :https://www.youtube.com/watch?v=jXjvQPW8z1o

Voici comment faire passer la drisse :

La drisse passe par une manille (ou autre) au niveau du point de drisse de la voile ; passe de l'autre côté du mat ; et vient s'attacher à l'extrémité avant de la vergue. Le mat est donc pris entre la vergue et la drisse.

Une fois la voile hissée à bloc, le point de drisse prend sa position normale, tout près du mat, même quand on a pris un ris. On le voit bien sur les photos suivantes de ma transposition sur mon Skellig 1.

Avant hissage :

Alast 1

 

Début du hissage (c'est l'avant de la voile qui monte en premier) :

Alast 2

 

C'est hissé et étarqué :

Alast 4

 

Alast 5

Il y a sur ces photos des bouts qui doivent vous intriguer.  On y vient !

Mais il faut d'abord savoir que j’ai ajouté à ma GV un espar sur sa bordure. Pas articulé au mat, donc pas vraiment une bôme, mais tout comme ; alors à VAP on appelle ça un « bômestron ». Très pratique pour les prises de ris (voir ici et  ici ). On le voit bien sur certaines des photos suivantes.

On y note aussi une sorte de lazy-jack (le bout en double qu'on voit bien sur la 1ère des photos suivantes).

La combinaison bômestron + lazy-jack facilite grandement le contrôle de la voile quand on hisse, qu'on affale, ou qu'on prend un ris.

 

Bal jack 1

 

Bal jack 2

 

Bal jack 3

Mais pour que ce contrôle de la voile fonctionne il faut que le lazy-jack soit réglable en hauteur. C’est pourquoi il s’agit plutôt de « balancine-lazy-jack ». Explications :

Fonctions :

  • Soutenir ou soulever le bômestron (pendant le hissage, l’affalage, ou une prise de ris, ou une manœuvre à la godille )
  • Empêcher la vergue (et la voile) de partir à l’eau pendant l’affalage.

Parcours de ce bout :

Il part d’un pontet en tête de mat, descend d’un côté de la voile ; puis passe sous la partie arrière du bômestron et remonte de l’autre côté jusqu’à une poulie en tête de mat ; redescend jusqu’à une poulie en pied de mat et va à son taquet de réglage.

Il y a aussi un lazy-jack à demeure le long du mat, pour canaliser la partie avant de la toile et empêcher qu’elle tombe à l’eau pendant hissage et affalage  : Il part d’un pontet en tête de mat, et son extrémité basse est tournée autour de la base du mat. Il n’est pas tendu ; il est même très lâche.

C’est le petit bout qui passe devant le logo de la voile sur cette photo

Laz jack mat

J’ai utilisé ces dispositifs dans diverses conditions de vent et de mer et je suis très satisfait de les avoir adoptés.

 

 

voile au tiers

Précédent : Lier bôme et mât d'une voile au tiers   Suivant : 3 mots qui comptent