Deux jours autour de Marennes

Texte :  Y.G-G

Photos : VAP

 

Nd de la clarteIl y a eu de très grandes marées au mois d’août 2020. 

C’est le moment qui a été choisi par les amis des « Lasses Marennaises » pour organiser leur rencontre annuelle « Escale aux Chantier Rabeau ». 

Nous étions plusieurs canots VAPiens  à y participer :  Caredig, Beau-Merle, Muddy, Rat-d’eau, Valentine 4, Takka, Charline et Chico-Mendès.

Les mises à l’eau ont été diverses : sur la Seudre (très bonne cale à Chatressac), sur la Charente (à Fouras) et même à La Rochelle ! Pourtant tout le monde a pu se retrouver au Chapus le 1er soir pour les ronds dans l’eau d’une très belle flottille, puis pour le dîner sur la plage (lieu ventilé nécessaire pour limiter les risques de transmission de la covid19).

Mouillage chantier rabaud     

Diner chantier rabaud 1   

L’ambiance a été aussi chaleureuse que « d’hab ».  Puis chacun a trouvé un coin tranquille pour monter sa tente (ou dormir à bord).  Mais auparavant, ceux qui avaient mis à l’eau au jusant sur la Seudre s’étaient retrouvés sur le site désormais fameux parmi les VAPistes, j’ai nommé Gatseau.
Après la nuit réparatrice à côté des Chantiers Rabeau, le quartier génénal des Lasses Marennaises au Chapus, nous sommes repartis vers le sud-ouest.  Mais Dame Pétole nous a empêchés d’atteindre le lieu de pique-nique que nous visions.  Nous avons donc échangé nos bouteilles au beau milieu du coureau, mouillés en grappes.

Mouillage en grappe   

Nous étions attendus le soir sur un des nombreux chenaux du marais de Seudre, par un ami qui nous avait organisé l’étape à des appontements devant sa cabane. Nous y sommes « montés » bien plus grâce au flot que par l’effet du vent, qui ridait à peine l’eau.  Par de tels coefficients et avec un si léger zéphyr, le spectacle du marais est magique.

Le summum a été atteint à l’heure du dîner avec  les appontements disparus sous la maline, puis un coucher de soleil à couper le souffle.

Tres grande maree dans le marais      

Le lendemain matin, routes retour.  Un « petit souci » nous attendait : l’un de nous avait garé sa voiture et remorque sur un endroit submersible par de tels coefficients …  Vérifiant ainsi ce que les marins disent d’habitude : c’est la terre qui est dangereuse !

Coucher de soleil sur le marais

 

 

rando nautique

Précédent : Allons aux iles   Suivant : le GiorMax